Vos dernières paroles avant de mourir

Imprimer

André Gide est mort le 19 février 1951 d’une congestion pulmonaire. Il eut ces derniers mots mystérieux :  » J’ai peur que mes phrases ne deviennent grammaticalement incorrectes. … » Vrai ou faux, je me suis toujours demandé quelles pourraient être mes dernières paroles à l’article de la mort. Il faut croire que la littérature était au centre de la vie de Gide, mais ce qui m’intrigue c’est la peur diffuse que ces mots semblent suggérer, comme si toute sa vie sa rectitude grammaticale eût été le moyen de dissimuler autre chose. Incorrection de la grammaire, incorrection de la vie ? J’ai fini par comprendre la phrase comme celle d’un homme tiraillé tout court et pas celle d’un écrivain célébré pour la beauté classique de ses textes. L’écrivain est un homme, oh oui, un artiste, aimant jouer sa vie au dé de sentiments parfois subtilement dissimulés. A l’heure de mourir, à quoi pense-t-il ? Mes dernières paroles à moi, si j’ai le temps de parler (rire), je les connais depuis longtemps. Et vous ?

This article was written by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.