Que reste-t-il d’Octobre 88?

images.jpgVingt ans après, que reste-t-il d’Octobre 88 en Algérie? … constat amer. Pour que la victoire des tortionnaires ne soit pas complète en Algérie, il faut lui opposer sans cesse la parole des victimes, à défaut de justice. (Anouar Benmalek)

Imprimer

Vingt ans après, que reste-t-il d’Octobre 88 en Algérie?

Copie de AnouarBenmalek_Sicile.jpgVingt ans après, que reste-t-il d’Octobre 1988 et de ses centaines de morts ?  Un crime impuni d’abord, la torture. Puis des victimes suppliciées qui souffrent encore dans leurs âmes, et, pour beaucoup, dans leurs corps. Enfin des tortionnaires d’État  impunis et confortés dans leurs pratiques.

Ce constat est amer. Pour que la victoire des tortionnaires ne soit pas complète en Algérie, il faut lui opposer sans cesse la parole des victimes, à défaut de justice.

torture.jpgIl y a presque vingt ans, mes compagnons du Comité national contre la torture m’avaient fait l’honneur, largement non mérité, de me choisir comme secrétaire général de notre association. Mais c’est en tant que simple militant pour le respect des droits de l’homme et du plus sacré d’entre eux, celui du respect, inconditionnel en toutes circonstances, de l’intégrité du corps humain que j’ai pris l’initiative de « republier », deux décennies après,  le terrible document que constitue le Cahier Noir d’Octobre. En plus des témoignages déchirants des victimes et de documents en annexes sur les activités du CACT et de prises de position de différentes organisations, je me suis permis d’y ajouter un certain nombre d’articles que j’avais écrits alors sur ce sujet.

Le livre, destiné à être téléchargé, est disponible à l’adresse suivante :

http://anouarbenmalek.free.fr/octobre88/Octobre1988.htm

Amicalement,

Anouar Benmalek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.