On va pouvoir enfin respirer!

images.jpgLa France va donc progressivement passer à l’interdiction totale du fumage de tabac dans les lieux publics. Ce n’est pas trop tôt. Dire que je n’avais rien contre les « fumeurs en public » serait mentir.

Imprimer

images.jpgLa France va donc progressivement passer à l’interdiction totale du fumage de tabac dans les lieux publics. Ce n’est pas trop tôt. Dire que je n’avais rien contre les « fumeurs en public » serait mentir. Ils m’insupportaient jusqu’à la nausée, jusqu’à la migraine, inévitable chez moi dès que je passe plus de 10 mm dans un environnement fumeur. Enfin, youpi, on va pouvoir respirer. Déjà, ça été un soulagement de voyager en train sans souffrir de l’odeur du tabac dans ces satanés wagons pour fumeurs, on ne va plus faire semblant de supporter le fumeur au restau, séparé de vous par une barrière inutile délimitant l’espace fumeur de l’espace non-fumeur, non mais quelle hypocrisie, quel mépris pour les non-fumeurs. Quand je me gratte les couilles, je le fais dans mon coin, et ça me fait du bien tout seul, je ne choque personne. Eh, bien, désormais, à chacun ses couilles, et l’ozone pur pour tous. En Irlande, l’an passé, j’ai expérimenté le pub sans tabac, quel bonheur, quelle jouissance ; on se rend compte qu’un ivrogne est moins casse-pieds qu’un distributeur à la ronde de nicotine. Vive les piliers de bar, au petit coin les « voisins » toxiques !

image2.jpgEn France, liberté rime parfois avec indiscipline et non respect de l’autre. Une fois, dans un aéroport, à un type qui fumait à côté de moi, malgré l’interdiction, j’avais fait remarquer mon malaise physique. Il m’a répondu : « si je ne fume pas, je vais devenir nerveux, excusez-moi ». Sans se demander si moi je ne pouvais pas devenir violent à cause de son tabac de malheur. Mon ton est énervé, oui, je le reconnais, il est à la mesure de ce que j’ai souvent enduré avec des fumeurs fous et irresponsables, surtout dans le milieu artistique ou universitaire, ces milieux de faux parangons de la liberté qui vous empoisonnent les poumons et vous justifient brillamment pourquoi ils en ont le droit. Ouf, éloignez-vous de la bordure du quai, je vais sauter dans le train de l’oxygène pur, enfin pur, comme dirait la vieille dame de mon immeuble, « avec tout ce qu’ils envoient dans l’espace » ! Désolé pour les fumeurs du blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.