Obamania : white and black-spiritual

envir01_250.jpgOk, je ne suis pas invité à l’investiture du Président Obama. Aucun chef d’Etat africain non plus, me semble-t-il, tiens, étrange ! De quoi donner raison à l’essayiste centrafricain Joseph Ngoupandé, lequel, dans son livre De Lucy à Obama (Albin Michel, 2009), qualifie cette ferveur, cette transe raciale des Africains devant l’ascension d’un des leurs ( ?), de pure negromania.

Imprimer

envir01_250.jpgOk, je ne suis pas invité à l’investiture du Président Obama. Aucun chef d’Etat africain non plus, me semble-t-il, tiens, étrange ! De quoi donner raison à l’essayiste centrafricain Joseph Ngoupandé, lequel, dans son livre De Lucy à Obama (Albin Michel, 2009), qualifie cette ferveur, cette transe raciale des Africains devant l’ascension d’un des leurs ( ?), de pure negromania. Bon, ils ne sont pas les seuls, la blancomania aussi y va de sa petite musique, à l’instar de Paul Auster, célébrant Obama comme un écrivain authentique, pour avoir écrit son autobiographie à 35 ans, sans l’aide de plumitifs vaseux, d’aucun nègre surgi de quelque douteux black bazar. Allez, vive le nouveau cousin d’Amérique !

P.S. Heureusement que Ségolène Royal est là pour nous dire la vérité, Obama n’existe pas, puisque c’est elle que Obama a copié, son style elle veut dire. Le vrai Obama, c’est Ségolène Royale. Vive la travestie de la République!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.