Le temps de la propagande

Alem3.jpgRemonter le temps à rebours. Je n’ai plus rien écrit depuis le début de la campagne. Trop de choses à la fois. Même pas le temps de m’asseoir pour noter mes impressions. Sans compter que j’ai pris la décision de ne plus rien écrire sur ce blog, qui ait trait à la campagne. Personne ne m’en empêche, oh non, au contraire. Mais ce qui se passe est tout simplement hallucinant …

Imprimer

Alem3.jpg1er octobre 2007. Remonter le temps à rebours. Je n’ai plus rien écrit depuis le début de la campagne. Trop de choses à la fois. Même pas le temps de m’asseoir pour noter mes impressions. Sans compter que j’ai pris la décision de ne plus rien écrire sur ce blog, qui ait trait à la campagne. Personne ne m’en empêche, oh non, au contraire. Mais ce qui se passe est tout simplement hallucinant : les coups bas entre les alliés d’hier, les ambitions personnelles des uns et des autres, la démagogie et les mensonges des détenteurs du label « véritable opposant », c’est-à-dire ceux qui ont hérité de leurs pères la mission de sauver les imbéciles de Togolais que nous sommes…, bref les manœuvres des uns et des autres me forcerait à me positionner si je voulais tout relater.

Or, il se trouve que malgré mon engagement aux côtés de la CDPA du Professeur Gnininvi, malgré ma participation à son équipe de campagne, je garde l’œil critique, sur tout. Mais juge et parti en ces temps de propagande légitime est un exercice qui demande doublement du recul. J’ai décidé donc de confier à mon bloc-notes secret mes impressions et jugements. Quand sera terminée la propagande, je reprendrai tout cela.

Il y a quand même une chose à signaler, cette campagne se déroule dans une ambiance bon enfant, pas de violence réelle, quelques accidents (incidents ?) lors des caravanes, un petit jeu pervers entre militants qui arrachent les affiches de leurs adversaires. Et un désordre indescriptible. Les programmes des partis sont inaudibles ou inexistants, la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication interprète les textes à sa manière, rejetant les enregistrements vidéo sous des prétextes futiles comme l’absence de couleur de fond bleu… Les médias privées tentent de vendre aux candidats les mêmes plans de communication, oubliant parfois d’enlever les noms des partis quand ils vont voir leurs adversaires d’en face, à mourir de rire, je vous jure. Ah, nous vivons une époque merveilleuse !

Les populations sont blasées, et regardent tout cela avec un sourire incrédule : on peut donc faire une élection au Togo sans qu’il y ait un décompte macabre ! Pourvu que cela dure, et que l’abstention (prévisible) ne soit trop forte ! Même mes propres sœurs menacent de ne pas aller voter, et j’ai beau tenté de parlementer, rien n’y fait. Une de mes tantes, folledingue du parti de Gilchrist Olympio, à qui j’apportais des tracts, avec l’espoir de la manipuler gentiment, s’est ralliée à leur cause abstentionniste !

La fatigue est là tous les jours que Dieu fait. Et les gens continuent de m’interpeller : « pourquoi n’es-tu pas candidat ? » Je m’amuse : « Oh, vous savez, je suis comme le patron du parti des Jaunes, je suis le Joker que l’on réserve pour la présidentielle de 2010, l’Assemblée nationale togolaise est trop petite pour moi ! » Ou bien, plus sérieusement, comme une dame de la HAAC et un militant du PSR, admirateurs disaient-ils de l’écrivain et de l’intellectuel : « M. Kangni Alem, pourquoi soutenez-vous un parti ? Vous, vous ne devriez soutenir personne, vous nous appartenez à tous, vous êtes un bien de la Nation. » Et le jeune étudiant du PSR de renchérir : « M. Alem, vous allez regretter votre choix dans 5 ans, j’aurais préféré que vous soyez notre Glucksman togolais. » Un ami du CAR qui venait de se faire recaler avec le message vidéo de son parti, celui que mon pote Gaétan (salut Gaé !) a l’habitude d’appeler dans son dos le « cow-boy », à cause de ses chaussures et de son allure de pistolero, se joint au lot de mes accusateurs, à ma grande surprise : « c’est vrai Alem, toi tu ne devrais pas faire de la politique, cela ne veut pas dire que tu ne puise être bon dans ce domaine, tu comprends, mais bon on te respecte autrement quoi ! » Déjà, lui, depuis la fac, je trouvais qu’il n’avait pas de c…, mais depuis qu’à son retour d’exil (le mot fétiche des Togolais de la diaspora), il s’est trouvé une petite place d’employé aux côtés du Premier Ministre, il semble que ses organes aient poussé des radicelles dans son pantalon !

Raymond, qui était avec moi cet après-midi là, à la HAAC, m’est témoin, je n’ai pas véritablement tenté de me défendre, mais c’est vrai que je n’ai pu réfréner mon habituel sourire potache, genre philosophe raté. « À cette allure, se moque le même Raymond, on ira le déposer au Musée de Lomé, comme un trésor national sans jugement ni volonté ; à moins qu’on ne le prête à tour de rôle à chaque parti politique, un mois ici, un mois là-bas, non mais qu’est-ce vous racontez !? »

Hier, 1er octobre, je quittais le siège de la CDPA quand soudain un vieillard assis à côté de ma voiture m’insulte, de façon rhétorique : « Tous des imbéciles, ils ne courent qu’après l’argent. Aucune idée dans la tête, ils ne courent qu’après l’argent. Élections, élections, nous, on a vu des choses dans ce pays ! » Je suis resté au volant sans démarrer, pendant presque une minute, pensif, vraiment pensif…

Heureusement qu’il y a le jazz encore pour atténuer mes sentiments contradictoires. Quelquefois, à midi ou le soir avant de nous séparer, Raymond, Noé et quelques autres amis de l’équipe communication du professeur Gnininvi, nous avons la chance d’en écouter dans le petit bar merveilleux en face du siège de la CDPA, rue Aklakou : un bar singulier, on n’y joue que la musique des dieux blacks et on n’y vend que des boissons étrangères, qui viennent du Ghana voisin, précisément de Kéta, bourgade qui faisait autrefois partie du territoire togolais, quand le Togo était allemand : « Prosit ! »

L’Éternel bénisse le pays des parents abstentionnistes, des vieillards rhétoriciens, des cow-boys glandeurs, des accusateurs patentés et des jokers en T-shirts jaunes ! Tous, des gens qui m’inspirent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.