L’AFRIQUE SELON LE JAZZ

coltrane_dakar.jpgLe jazz est une planète. Tout collectionneur de cette musique a ses règles pour déambuler dans ses vallées, collines et déclivités de tous ordres. Depuis des années que j’entasse les disques, ma motivation première n’a jamais varié: ne d’abord acheter que ceux dont un ou plusieurs titres font une référence explicite à l’Afrique.

Imprimer

coltrane_dakar.jpgPour Franck K., amateur tranquille.

Le jazz est une planète. Tout collectionneur de cette musique a ses règles pour déambuler dans ses vallées, collines et déclivités. Depuis des années que j’entasse les disques, ma motivation première n’a jamais varié: n’acheter, en priorité, que ceux dont un ou plusieurs titres font une référence explicite à l’Afrique. C’est plus fort que moi. Depuis le jour où, dans un magasin du grand marché de Lomé, je suis tombé par hasard sur l’album Dakar du saxophoniste John Coltrane, j’ai eu l’intuition que ma démarche de collectionneur allait me conduire à une compréhension et une appréciation personnelles de cette musique que d’aucuns de mes amis considéraient à tort comme bruyante (exercice d’écoute avec Sun Ra) et désespérée (exercice d’écoute de Summertime exécuté par Albert Ayler).

oscar_2.jpgDakar de Coltrane fut un choc, une confirmation de mon intuition, tant ce disque, par le son, évoquait tout sauf la géographie de la capitale du Sénégal ou ses rythmes chers au poète Senghor! Et pour cause, toute la composition du titre éponyme prend appui sur une balade norvégienne, autant dire que les sources africaines du morceau relèvent de la fantasmagorie. On croirait lire La Polka, « roman africain », sous la plume de l’écrivain togolais Kossi Efoui! Plus tard, j’ai compris la relation de Coltrane à l’Afrique en écoutant son Africa/Brass: ce qu’il y aurait « d’africain » dans le jazz, par-delà quelques emprunts rythmiques précis, c’est aussi ce qu’il y a de cosmopolite dans le croisement même des rythmes et des techniques. Car en effet, de Miles Davis (Filles de Kilimanjaro, Nefertiti) à Oscar Peterson (Nigerian Marketplace) en passant par Randy Weston (African Nite), Herbie Hancock (Dis is da drum, hommage à la culture youruba), Abdullah Ibrahim (Ekapa Lodumo), Pharoah Sanders (Tauhid), Romano, Sclavis, Texier (Suite Africaine), The Jazz Crusaders (Appointment in Ghana), Curtis Amy & Dupree Bolton (Katanga), Horace Silver (Message from Kenya), Art Blakey & The Afro Drum Ensemble (Obirin African, Woman of Africa), Wayne Shorter (Black Nile), Lee Morgan (Zambia, Mr Kenyatta), Cannonball Aderly (Marabi), McCoy Tyner (The man from Tanganyika), et j’en passe, l’Afrique demeure un territoire fertile où le dialogue des musiciens avec sa réalité procède de la sublimation.
Preuve en est tout le travail accompli par Duke Ellington avec ses suites africaines (
Togo Brava Suite, Liberian Suite), croisement des imaginaires musicales du Duke et de sa vision parfois lointaine du continent, mais toujours positive, roborative. Ou l’image de l’Egypte à travers le délire des engins phonogènes d’un Sun Ra dans Nubia ou WatusaAngels and demons at Play).
« Qu’est-ce que la musique de mon peuple, répondait Duke Ellington à un journaliste? Je ne sais pas. Mon peuple… Mais lequel de mon peuple ? Je fais partie de plusieurs groupes. Je fais partie du groupe des pianistes. Je fais partie du groupe des auditeurs. Je fais partie du groupe des gens qui aiment la musique. Je fais partie du groupe des gens qui aspirent à la légèreté. Je fais partie des gens qui essaient de produire un spectacle de qualité. Je fais partie des gens… Oh oui ! Des gens qui apprécient le Beaujolais !… Oh, et puisque j’ai tellement d’influence sur la musique qu’apprécient les GENS [THE people], c’est bien plus approprié que mon PEUPLE [MY people] ! Parce que les GENS sont mon PEUPLE… « 
(

free_jazz.jpgLa seule musique qui me donne, par son romantisme, l’impression de repousser la mort, le jazz, ne pouvait approcher l’Afrique que par ses aspects lumineux, énergiques et branchés sur les autres cultures musicales du monde. Et ce n’est pas Don Cherry qui me démentira, lui dont le suffoquant « Togo » (cf. l’album Old and New Dreams) a ceci de commun avec ma conclusion qu’il s’inspire d’un chant traditionnel du Ghana, mais laisse libre cours à un affect musical séduisant et une technicité métissée qui font que l‘Afrique, thématique et pensée musicale, n’a rien de statique ni de folklorique durant les 5 minutes 41 secondes d’écoute. L’Afrique selon le jazz? Un point de non-retour. Par-delà la rythmique, la vocalité, la couleur mélodique ou le chant, un territoire politiquement et musicalement structurant, à en croire Philippe Carles et Jean-Louis Comolli dans leur ouvrage culte, Free Jazz, Black Power (Gallimard, Folio, n°3400). Africa is more than beautiful… Avis aux amateurs!

© K. Alem

P.S. Mon coup de coeur actuellement? Le double CD « ETHIOPIQUES » n° 20 LIVE IN ADDIS, une rencontre au sommet entre un big band américain, l’Either Orchestra de Russ Gershon et quelques figures majeures de la scène musicale éthiopienne dont Gétatchèw Mèkurya, Mulatu Astaqè… Ce disque, un joyau : du jazz populaire inspiré, contrebandier, véritablement représentatif de l’esprit festif du genre et de l’universalité de sa poésie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.