BUZZ CONGO: BONJOUR ET ADIEU A L’AMERIQUE

Imprimer

J’ai donc bouclé (presque) les répétitions de la pièce que j’ai écrite pour mon enseignement de théâtre à Middlebury College at Mills. Heureux de voir ces jeunes étudiants mastiquer les mots, comme j’ai tenté de leur apprendre, d’éclater de rire chaque fois qu’ils découvraient une autre manière de dire la même réplique balancée la veille sur un ton différent. La répétition au théâtre est d’abord création, réinvention, c’est en cela que le jeu théâtral vaut toujours la chandelle. Middlebury, ce ne fut pas facile, mais je connais ces difficultés-là: d’ordre humain et académique. Il faut faire avec. Mercredi 8 Août, la messe sera dite. Il faut juste espérer mes comédiens heureux!

Pour le reste, je n’ai pas été déçu du long voyage, j’ai rencontré des gens passionnés par l’enseignement du Français en Amérique, combat de Sisyphe, mais justement, Sisyphe ne parlait pas anglais, il n’aurait pas eu besoin de faire des travaux d’Hercule! L’université, partout, est un panier d’écrevisses, certaines plus policées de moeurs mais écrevisses quand même. Je n’aurai pas appris une nouvelle leçon, mais au moins j’ai la satisfaction d’avoir eu confirmation de ce que je savais déjà. C’est un privilège! Merci à Vincent Simedoh, avec qui j’ai eu l’honneur amical de partager des discussions sur l’être et le paraître, ce que j’aime chez toi Vincent, je pourrais le résumer ainsi: « le désengagement émotionnel ». Une force pour la route! Bonjour et adieu, Amerika!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.