Un « tigre » à l’heure des bilans: Wole Soyinka

Soyinka_2005.jpgEn Avril 2005, lors du Salon du Livre et de la Presse de Genève, j’avais conduit, pendant une heure, un entretien avec Wole Soyinka, l’homme que j’ai toujours considéré, à titre personnel, comme le dramaturge le plus politisé des lettres africaines. Candide, je lui avais.. demandé: « Je croyais que vous… aviez déjà écrit, vos mémoires », allusion bien sûr à quelques-uns de ses titres comme Aké…, Ibadan… Pour Soyinka, la réponse était simple: à chaque étape de sa vie, chaque livre lui permettrait de faire le bilan de son parcours intellectuel et artistique. Le nouveau livre du Prix Nobel de Littérature, You must set forth at dawn, s’inscrit dans cette logique de la halte et de la rétrospection.

Imprimer
« I am, contrary to all legitimately cited evidence … actually a closet glutton for tranquillity. An oft-quoted remark of mine — ‘Justice is the first condition of humanity’ — does, however, act constantly against the fulfillment of that craving for peace. »W.S
Alemsoyinka81.jpgSoyinka_2005.jpgEn Avril 2005, lors du Salon du Livre et de la Presse de Genève, j’avais conduit, pendant une heure, un entretien avec Wole Soyinka, l’homme que j’ai toujours considéré, à titre personnel, comme le dramaturge le plus politisé et le plus inventif des lettres africaines. Plus tard, pendant la signature de ses livres, son ami Christian Salmon, ancien président du défunt Parlement International des Ecrivains, « charria » Soyinka sur le caractère un peu décousu de son livre paru chez Actes Sud, Climat de peur, ce que l’intéressé lui-même reconnaissait, promettant de se racheter s’il écrivait un jour ses mémoires. Candide, je lui avais alors demandé: « Je croyais que vous les aviez déjà écrit, vos mémoires », allusion bien sûr à quelques-uns de ses titres comme Aké…, Ibadan… Pour Soyinka, la réponse était simple: à chaque étape de sa vie, chaque livre lui permettrait de faire le bilan de son parcours intellectuel et artistique.Le nouveau livre du Prix Nobel de Littérature 1986, You must set forth at dawn, s’inscrit dans cette logique de la halte et de la rétrospection. Plus que les doutes sur certains de ses choix esthétiques et l’impact de ses pièces de théâtre ou de sa poésie, Soyinka réfléchit beaucoup ici à la question difficile pour un intellectuel de faire toujours les bons choix dans un environnement politique dégradé. Entre la tentation pacifiste à la Ghandi ou la fureur à la Pol Pot, le choix, selon lui, dépendrait aussi en grande partie des adversaires qu’on a en face de soi. Ainsi, par exemple, comment combattre un Sani Abacha, général sadique qui terrorisa délibérément le Nigeria, de 1993 jusqu’à la date de sa mystérieuse mort en 1998? La figure d’Abacha traverse les pages de ces « mémoires », et permet à Soyinka de dessiner les contours de ce qu’il appelle, de son humour féroce, « the Nigerian killer factor »: un mélange de suspicion pour la pensée critique dans une société contrôlée par des fous, et je suis pudique, puisque je sous-traduis la définition exacte: »the stressful bane of the mere act of critical thought within a society where power and control remain the playthings of imbeciles, psychopaths, and predators »!Homme de convictions et de grandes batailles (politiques, inetellectuelles), celui que l’on surnomme le « tigre » depuis sa critique du concept de la Négritude, étale ses doutes parfois et donne une autre image de lui, celui d’un intellecuel bouillant mais profondément pacifiste. Ainsi, lorqu’il raconte et problématise les conclusions de ses efforts personnels (positifs, quand même!) pour ramener la paix entre Nelson Mandela, et le chef du Kwa’Zulu Natal , Buthelezi, on le surprend confus en pleine découverte d’un scénario et d’une réalité plus compliqués que tout ce que les médias du monde avaient l’habitude de nous servir.
Parfois, on le sent désespéré, mais jamais désabusé, comme si le refus du déni de justice restait le seul impératif catégorique qui maintienne en éveil sa pensée et sa capacité de réaction. Lire ou relire Soyinka, l’exercice laisse toujours dans la mémoire du lecteur l’impression de côtoyer un homme d’une vigueur de pensée et d’une lucidité à toute épreuve.
Le lecteur de ce blog intéressé par la découverte de la complexité de l’oeuvre et de la personnalité de Soyinka, lira avec profit l’impressionnante et parfois méchante (?) biographie critique que lui a consacrée l’universitaire Biodun Jeyifo (Cornell University). Le titre? WOLE SOYINKA. POLITICS, POETICS AND POSTCOLONIALISM (Cambridge University Press, 2004).
Wole Soyinka, You must Soyinka_1.jpgjeyifo_0.jpgset forth at dawn, Random House, 528 p, $26.95.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.