Services de presse…

rentree2006_01.gifEntre deux trains, une crise de migraine, une infection intestinale et une visite à Lourdes (oh oui, on ne se refait pas!), je n’ai pas vu la semaine passer. Comme je n’ai pas compris ce qui m’est arrivé samedi soir; scotché devant la télé, j’ai regardé le match France-Brésil, phénoménal d’agressivité et de beaux gestes. J’ai même communiqué par sms, à un ami bloqué dans un train entre Dax et Bordeaux, les résultats de la rencontre. C’est vous dire que je commence à comprendre quelque chose au foot, et à y prendre goût.

Imprimer
rentree2006_01.gifservice_2.jpgEntre deux trains, une crise de migraine, une infection intestinale et une visite à Lourdes (oh oui, on ne se refait pas!), je n’ai pas vu la semaine passer. Comme je n’ai pas compris ce qui m’est arrivé samedi soir; scotché devant la télé, j’ai regardé le match France-Brésil, phénoménal d’agressivité et de beaux gestes. J’ai même communiqué par sms, à un ami bloqué dans un train entre Dax et Bordeaux, les résultats de la rencontre. C’est vous dire que je commence à comprendre quelque chose au foot, et à y prendre goût. Je me demande même si je n’irai pas à Paris, au cas où la France irait en finale, assister à l’événement sur les Champs-Elysées, mais bon, ne nous emballons pas!
Dimanche, réveil en fanfare avec la voix d’Elisabeth Kontomanou accompagné par le quartet d’Archie Shepp, cela s’appelle Good Morning Heartache… (titre idoine pour un migraineux).

J’ai décidé de lire mes services de presse ce matin, en diagonale. Jeudi, alors que j’étais parti à Gallimard faire le service de presse de mon recueil de nouvelles, Un rêve d’Albatros, Antoine Audouard m’a offert son dernier roman, Un pont audouard_0.jpgd’oiseaux. Les premières phrases font rêver, il y est question d’une légende vietnamienne où l’étoile du soir et l’étoile du matin, amoureuses l’une de l’autre, ne peuvent se rencontrer. Alors deux fois par an, par-dessus la Voie lactée, les oiseaux feraient un pont pour les relier. Je lis Antoine Audouard (photo ci-contre) pour la première fois, une véritable écriture et une sensibilité intéressante.

boninegres_0.jpgJ’ai sous la main également le dernier Tanella Boni, Les nègres n’iront pas au paradis (Le Serpent à Plumes)… je ne veux pas trop m’avancer, mais pour l’heure, j’ai l’impression qu’il y a trop de réflexions philosophiques et pas assez de narration dans ce roman. Je suis peut-être mal réveillé, alors j’attends de finir ma lecture.

Commencé également Le Paradis des chiots (Mercure de France) de Sami Tchak, lequel est passé me faire coucou à Gallimard pendant que je m’amusais à trouver les phrases de mes dédicaces… moins de citations dans ce roman, j’y retrouve quand même la verve de Place des fêtes. Le bonheur est dans la nouvelle, ce genre pas assez pratiqué dans obiang_1.jpgla littérature francophone. Le dernier recueil de couvcrocow_1.jpgLudovic Obiang, Et si les crocodiles pleuraient pour de vrai (Ndzé, 2006), m’acompagnera jusqu’au soir. Illustration de couverture naïve, mais l’imaginaire est fort et l’écriture du forestier fang est robuste. Grande gueule, l’ami Obiang, mais excellent nouvelliste, rien à faire!
Et puis demain sera peut-être un autre jour. Bon dimanche à tous, dans la paix des Seigneurs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.