Mugabe, le Titanic et nos indépendances politiques

mugabe.jpgIl y a de cela trois ou quatre jours, sur la MBC (Malawi Broadcasting Corporation), le ministre zambien des Affaires Etrangères a tenu à s’expliquer sur les propos récents du chef de l’Etat zambien, lequel a comparé ouvertement la situation économique et politique du Zimbabwe au naufrage du Titanic. Voisin du Zimbabwe, la Zambie s’inquiète ouvertement…

Imprimer
mugabe.jpgIl y a de cela trois ou quatre jours, sur la MBC (Malawi Broadcasting Corporation), le ministre zambien des Affaires Etrangères a tenu à s’expliquer sur les propos récents du chef de l’Etat zambien, lequel a comparé ouvertement la situation économique et politique du Zimbabwe au naufrage du Titanic. Voisin du Zimbabwe, la Zambie s’inquiète ouvertement d’un retour possible au pays d’un flot de zambiens chassés du Zimbabwe par la faim et le chômage, sans compter qu’elle doit déjà gérer le sort des zimbabwéens qui arrivent en masse sur le sol zambien pour tenter de survivre au jour le jour. Ce que vit le Zimbabwe sous la férule aveugle de Mugabe, on le voit, a des conséquences désastreuses pour tous ses voisins. Même au Malawi, le ton commence à monter contre l’entêtement stupide de Robert Mugabe à vouloir écraser son opposition, au lieu d’accepter le dialogue. Pour l’heure, il n’y a que la position ambiguë du géant sud-africain qui empêche les autres dirigeants du coin d’attaquer en bloc Mugabe, mais il est certain que même Thabo Mbeki ne pourra pas faire semblant, longtemps, de ne pas voir la vérité de la catastrophe à laquelle Mugabe a conduit le Zimbabwe.
En écoutant le ministre zambien parler à la radio malawienne, je me suis demandé à quoi nous servent nos indépendances en Afrique. Avoir lutté pour se débarrasser de la férule coloniale et en être réduit à supporter de petits chefs accrochés à leur pouvoir à vie, n’est-ce pas un peu triste comme conclusion du combat pour notre liberté ? De quoi donner (presque) raison à un Houphouët-Boigny qui ne voulait pas de l’indépendance politique et s’évertuait à expliquer à un Kwame N’krumah que l’Afrique avait plutôt besoin d’être forte économiquement ! Avec le recul, et vu l’échec d’un Mugabe devenu fou et criant à qui veut l’entendre qu’il est prêt à devenir plus violent encore que Hitler, oui vraiment on peut se demander si la prescience de Houphouët-Boigny q’une économie forte eût amené (logiquement) la naissance de fortes structures politiques n’était pas la solution la plus sensée ! Je n’ai aucune certitude sur la question, mais je suis persuadé que le Titanic Zimbabwe va couler si personne ne fait rien pour empêcher le commandant du navire de continuer sa dérive inquiétante.
Et à l’attention de Bush qui ne voudrait pas qu’on fasse de Mugabe un autre Lumumba, je trouve la comparaison vraiment bizarre et non avenue, car si l’un a été empêché de gouverner, l’autre a eu le temps de donner la mesure de son « génie », seulement voilà certains génies finissent par virer en sorciers, et la sorcellerie, c’est connu, est l’ennemi du progrès !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.