Mort d’un plasticien humaniste: El Loko (1950-2016)

le-plasticien-togolais-el-lokoC’est un des plus grands peintres togolais qui vient de tirer sa révérence. El Loko a fait ses premiers armes au Togo et au Ghana (notamment à Tema, où il étudia le design textile), puis toute sa carrière professionnelle en Allemagne. Au siècle dernier, il fut l’élève de l’immense Joseph Beuys, à l’Académie nationale des beaux arts de Düsseldorf, avant un itinéraire exceptionnel en tant que l’un des rares artistes africains reconnu et respecté sur le marché de l’art contemporain. Si notre première rencontre physique remonte à 1992, année où il organisa dans son village natal de Pédakondji un atelier entre plasticiens togolais et allemands, il a fallu décembre 2015 pour qu’on se retrouve à nouveau. Cela faisait longtemps que je rêvais d’avoir une de ses toiles dans ma collection, mais les prix de ses œuvres sur le marché dépassaient mes capacités financières. Je l’avais contacté pour lui demander comment faire pour acheter une de ses toiles dont j’avais vu la photo sur Facebook. S’en était suivi un échange fructueux, où il s’était plus à se moquer fraternellement de moi, en me demandant de lui dire simplement à quel prix je voulais le tableau. Puis, il m’informa de son retour au Togo pour y passer six mois. Et du projet qui lui tenait à coeur: rendre hommage à son pays natal en y réalisant un projet qu’il avait intitulé « Dialogue avec les arbres », de la sculpture urbaine avec des pagnes et des couleurs, sur les arbres qui bordent le boulevard Eyadema. Un projet magnifique qu’il me présenta ainsi :  » DIALOGUE AVEC LES ARBRES  a pour but de consolider la forme naturelle des arbres et ainsi  attirer la vue des passants. Cette attraction les pousserait à se poser des questions sur l´état des arbres et leur contribution dans la nature. Même sans aucune réponse aux questions des passants, le but du projet serait déjà accompli et plusieurs nouvelles manifestations entre les humains et les arbres vont suivre. Ces changements de pensées dans la vie des êtres humains, va les entourer et accompagner pour une longue période… DIALOGUE AVEC LES ARBRES  est l´une de mes créations pour accentuer la forme artistique des arbres. Ceci donnerait d´abord la vue précise sur la forme artistique de chaque arbre et amènerait les intéressés à savoir plus sur les divers fonctions de l´arbre dans le monde. Le projet serait une donation à mon pays natal le Togo. Ce don aiderait le Togo et les togolais à atteindre un point incontestable dans la vie mondiale de la culture et des arts… »

un-arbre-temoin-du-projetDès décembre 2015, quand il est rentré, nous nous sommes vus toutes les semaines pratiquement, pour chercher les moyens de réaliser sa volonté. Chez lui, à Pedakondji, il travailla sur quelques arbres-témoins, à la grande admiration de la population. Il devait repartir dans sa famille allemande en juin 2016, mais il était triste de repartir. « Mon frère Kangni, je dois faire ce projet avant de partir », insistait-il. Je lui ai demandé de repousser son voyage, qu’on y arriverait. Le mardi 20 septembre 2016, il avait rendez-vous avec un homme de culture que j’avais réussi à convaincre de l’accompagner, pour caler les dates de la réalisation du projet.

El Loko décède dans la journée du 15 septembre 2016. Sans avoir entamé son dialogue avec les arbres de sa terre natale. Mais comme le dit le plasticien Sokey Edorh, il nous faut continuer son projet pour lui rendre hommage. Et on le fera. Adieu, l’artiste!

4 thoughts on “Mort d’un plasticien humaniste: El Loko (1950-2016)”

  1. J’ai trop aimé ses oeuvres et suis ravis que cela vienne d’un Togolais, un Père de la terre de nos aïeux , Que la terre lui soit legère et que Dieu ecoute ses dernieres Prières!Amen

  2. Poco a poco, le Togo se vide de ses idéaux, emblèmes qui ont forcé son admiration et son importance. Que seront ses oeuvres pour ce Togo en recherche d’identité nationale et de réconciliation ? En proie de méconnaissance nationale, le Togo a perdu une autre icône Paul Ayi récemment, et aujourd’hui, le tour de El loko. Que vivrons-nous prochainement? Que laisse nous cette idole vivante? Que seront-nous sans ces êtres? Qu’ a t-on appris d’eux? Tous ces savoirs jettés dans le porcours de l’oublie. Le monde ne sera plus tel, de génération en génération notre pauvreté culture s’affine et se confirme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *