Féconde année 2016 à ceux qui font avancer la scène culturelle du Togo

24917287-Happy-New-Year-2016-replace-2015-concept-on-the-sea-beach-Stock-PhotoCe fut une année terrible pour les hommes de lettres togolais. Deux écrivains (Lawson-Body et Agba) et deux critiques (Gbeto et Laïson) nous ont quitté sur la pointe des pieds. Mais les combats demeurent, et d’autres continuent à les mener, pour le bien de tous les membres de la communauté artistique du Togo. Parmi eux, certains ont marqué le cours de l’année 2015. Parmi eux, il y a ceux qui mériteraient plus de visibilité encore en 2016. Je pense d’abord aux éditeurs, charité bien ordonnée: Graines de pensées, Awoudy et Continents sont les trois à ce jours à « dominer » le marché du livre, à tenter de creuser un sillon professionnel, avec des bonheurs variés. L’édition à compte d’auteur domine trop le paysage du livre, preuve s’il en est que la question de la rentabilité et de l’équilibre des comptes demeure le point d’achoppement pour l’entreprise éditoriale. Aimer un manuscrit et payer un à-valoir à son auteur, vouloir publier un auteur à compte d’éditeur, parce qu’on croit en son talent, il y a loin encore de la coupe aux lèvres! Rêvons, pourtant, que cela adviendra! Tout comme la naissance d’un Grand prix littéraire local pour hâter la reconnaissance publique des nombreux auteurs qui émergent chaque année. Je salue, au passage, également, ceux qui font vivre la scène théâtrale togolaise: Alfa Ramsès, Joël Ajavon, Samuel Wilsi, Rodrigue Norman, Apedo-Amah, etc, et surtout nos magnifiques comédiennes dont le talent s’internationalise de plus en plus. Cette communauté théâtrale a montré aussi qu’elle était soudée et généreuse, lors des drames qui ont frappé deux de ses membres, Eklu-Natey Ablodevi et Edem Modjro. S’il y a une morale au drame de la maladie et de la souffrance, elle aurait pour nom « statut des artistes ». Question politique, à laquelle nous ne désespérons pas qu’un jour une solution fût trouvée! Grâce à Peter Solo, la musique togolaise a considérablement voyagé en 2015. EtanePendant l’année, j’ai eu la fierté d’entendre les succès de son groupe Vaudou Game sur plusieurs radios européennes. Mon autre coup de cœur musical demeure Elom 20ce, j’aime particulièrement le côté underground mais très ouvert sur le monde panafricain des performances de ce rappeur cultivé et raffiné; cela soit dit sans minimiser le cocasse « Mepigan » qui a tant fait rire le public de Lomé, moi y compris: des goûts et des couleurs…

12346585_805379879570463_6225565483529022750_nCe dont les arts plastiques, la photographie  auraient besoin en 2016? D’une grande et belle revue qui mette en valeur les concepts et travaux épars. Galerie virtuelle Neo, Le Laboratoire Lomé…, ou encore les divers expos ayant vu le jour grâce au soutien du Fonds d’Aide à la Culture méritent d’être archivés, documentés pour construire les goûts des amateurs du futur. Car un futur il y aura, modernité et évolution des mentalités obligent. Pas seulement à Lomé, pôle hégémonique des arts, mais aussi dans nos régions. Comment former le jeune public à l’amour des arts, de Lomé à Cinkassé? Les paris qui nous attendent en 2016, acteurs et consommateurs des arts au Togo sont là, et nous les connaissons. Féconde année 2016 à ceux qui font avancer la scène culturelle du Togo. Et à ceux qui me font l’honneur de me lire sur mon blog et sur TogoMatin, je vous retrouve en janvier, Inch’Alem!

One thought on “Féconde année 2016 à ceux qui font avancer la scène culturelle du Togo”

  1. La scène culturelle togolaise devient de plus en plus séduisante à l’echelle nationale, et s’acquiert un statut captivant qui s’impose déja sur le tapis international. Cette avancée serait le resultat du dynamisme de l’esprit créatif des acteurs laborieux et surtout par leur volonté, condition nécéssaire pour le progès. Si je lis <>, cela me fait penser justement qu’il n’y a donc qu’une Partie du Tout qui prend l’initiative de faire piloter la culture au Togo. De ce fait, la réflexion peut se tourner vers l’ensemble des virus parturbateurs de l’entreprise cuturelle togolaise. La liste est très longue. Je m’en tiens, par exemple, à l’un de ces virus que je vais nommé l’irresponsabilité. La production culturlle est avant tout une machine dont la maitrise de sa maniation est fondamentalement ce qu’il ne faut pas du tout négliger. Elle ne doit pas être comme un enfant sans parent ou comme une caravane sans pasteur. Tous – leaders, acteurs,consomateurs – nous devons assumer nos responsabilités afin que les prestations culturelles aient l’oxygène nécéssaire pour bien respirer. Tant que nous équipérons la scène culturelle des ailes pour mieux voler nos âmes vivrons dans la bonne attmosphère possible car elle fait du bien à l’âme. Fructieuse année 2016 à notre cher Togo dans toutes ses actions culturelles…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *