Ecrire un conte (1)

Imprimer

Je ne me souviens même même plus quand je l’ai écrit ce conte… Bonne lecture.

LES CONQUETES DE L’ARAIGNEE

1.

« Si tu devais aller de la Terre jusqu’au Ciel, comment ferais-tu ?

– Il n’y a pas de chemin qui mène de la Terre jusqu’au Ciel.

– Autrefois, si. Il existait une route.

– Et les habitants de la Terre savaient comment aller au Ciel ?

– Ils connaissaient le chemin, mais personne n’a jamais su comment grimper jusqu’au Ciel.

2.

En ces temps-là, les royaumes du Ciel et de la Terre n’étaient séparés que par un fleuve. Les habitants du Ciel pouvaient venir jusque sur Terre, mais l’inverse était presque impossible pour les Terriens. Un jour, une famine éclata au Ciel et le roi Ciel envoya ses messagers sur la Terre chercher de la nourriture.

3.

Le roi Terre, généreux, leur offrit beaucoup de choses à manger et leur prêta également la vache magique du royaume, celle dont le lait donnait force et vie aux enfants malades.

4.

Il y eut fête au Ciel quand les messagers revinrent les bras chargés de vivres. Mais une fois la famine vaincue, le roi Ciel refusa de rendre la vache au lait magique au roi de la Terre.

                                       5.

Il fit enfermer l’animal à double tour à l’intérieur de son palais et se mit à la fenêtre pour rire de la colère et de la déception des habitants de la Terre.

6.

Le roi Terre fit rassembler son peuple pour demander si quelqu’un avait des idées pour aller récupérer la vache. Les propositions les plus bizarres se firent alors entendre :`

7.

« Et si l’on attachait quelqu’un pour le lancer par-dessus le fleuve ? cria quelqu’un.

8.

– Non, rectifia un autre, construisons plusieurs maisons, les unes sur les autres jusqu’à atteindre les escaliers qui mènent à la porte du royaume.

9.

– Trop compliqué, intervint une femme. Il faut dresser des oiseaux qui iront crever les yeux au roi Ciel, comme ça, il nous rendra la vache. »

10.

Bref, personne ne savait quoi faire. Quand soudain, l’on vit s’avancer vers le roi une petite fille-araignée.

11.

À l’époque, les araignées vivaient au milieu des hommes. Ces derniers les utilisaient comme ouvriers pour tisser leurs vêtements, fabriquer leurs cordes à linge, installer leurs lignes téléphoniques, bref elles exécutaient pour le compte de l’homme des tas d’activités indispensables à la vie de tous les jours.

12.

Malgré leur savoir-faire, les araignées avaient peu d’importance aux yeux des humains, qui les considéraient tout au plus comme des bestioles frivoles. Elles vivaient tristes la plupart du temps, mais en entendant les humains se plaindre d’avoir perdu leur bien le plus précieux, la petite fille-araignée qui avait beaucoup d’idées, décida de proposer son aide au roi.

13.

« Seigneur, roi de la Terre et des Araignées, je pourrais peut-être tenter, moi, d’y aller.

– Ha, petite araignée futile ! Fais-moi rire pendant que j’ai des soucis.

– Si vous le permettez, Seigneur, je partirai demain, à la nuit tombée. Mais d’abord, il faudrait faire détourner le cours du fleuve.

– Oh, voyez-vous ça, elle a peur de se noyer, la petite araignée courageuse !

14.

– J’emprunterai le lit du fleuve à sec, pour aller plus vite jusqu’aux escaliers du Ciel.

– Va, va, petite araignée comique ! Dès midi, mes ouvriers détourneront le cours du fleuve. Et si jamais tu ramenais la vache, je te ferais sacrer roi à la place du roi.

– Je ne demande qu’à aider, Seigneur, je ne demande pas tant.

– Ha, qu’est-ce qu’elle est drôle, cette petite araignée à la petite bosse ridicule !

15.

En faisant détourner les eaux du fleuve, la petite araignée inventait du même coup le premier barrage électrique connue dans l’histoire de l’humanité !

16.

Ensuite, parvenir de nuit aux escaliers du Ciel fut très facile à la petite araignée qui savait se déplacer dans le noir. Mais une fois parvenue aux escaliers, sa surprise fut de taille.

17.

Ils avaient purement et simplement été détruits. Le roi Ciel avait eu vent des tentatives de son collègue d’envoyer des émissaires au Ciel, il avait ainsi pris les devants en supprimant aux Terriens toute possibilité de rejoindre le Ciel.

18.

Que faire, dans ces conditions-là ? Notre aventurière grimpa au sommet d’un arbre et se mit à réfléchir. Un instant après, vint se poser à ses côtés, un insecte que l’araignée n’avait jamais vu.

19.

« Qui es-tu, toi ? Moi je suis l’araignée, en mission pour le roi Terre.

– Moi je m’appelle Moustique, en mission pour personne. Je me repose en attendant la nuit pour aller piquer, piquer, piquer.

– Tu ne fais que cela, piquer ?

– Je ne fais que cela, c’est ma passion.

  • Je dois aller au Ciel, ramener la vache du roi.

20.

– Alors, tu n’as qu’à faire comme moi, monter sur un Oiseau. Je fais cela tous les soirs pour aller piquer les habitants du Ciel. Tiens, d’ailleurs, voilà un Oiseau. »

21.

Et Moustique et la petite araignée sautèrent sur les ailes de l’Oiseau qui monta, monta et les déposèrent devant la porte du Ciel.

22.

Le roi Ciel refusa de recevoir la petite araignée. Il restait caché dans son palais. Alors, Moustique proposa à sa nouvelle amie d’aller piquer le roi. Il le piqua tant et tant que celui-ci finit par s’énerver et, pour avoir la paix, rendit la vache à la petite araignée.

23.

Celle-ci tissa un parachute et elle, la vache et Moustique redescendirent sur terre.

24.

Il y a des promesses à ne jamais formuler en public. Quand le roi Terre apprit le retour de la petite araignée et de la vache magique, il regretta sa promesse. Il eut peur de quitter son trône, alors, il décida d’envoyer son armée tuer la petite araignée.

Les soldats arrivèrent de nuit et se saisirent de la petite araignée qui dormait profondément après avoir tissé toute la journée.

25.

Moustique essaya tant bien que mal de s’interposer en piquant tout ce qui bougeait, en vain. La petite araignée fut tellement battue que son corps explosa en plusieurs milliers de petits morceaux. Certains de ces morceaux, heureusement, retombèrent dans les puits des maisons du royaume.

26.

Quand les habitants du royaume Terre eurent bu de l’eau de ces puits, ils découvrirent L’INTELLIGENCE et chassèrent le roi du pouvoir.

C’est depuis ce jour que les peuples de la Terre ont décidé d’élire leurs rois et que les moustiques piquent les humains pour leur rappeler leur ingratitude et se venger de la mort de la petite araignée innocente qui n’avait fait que servir son pays et son roi.

 

« Si tu devais aller de la Terre jusqu’au Ciel, quels moyens utiliserais-tu ?

– Il n’y a pas de chemin qui mène de la Terre jusqu’au Ciel.

  • Autrefois, si. Il existait une route. »

 

One thought on “Ecrire un conte (1)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.