A propos des tâches, ménagères!

menage_0.jpgSouvent pour fuir les tâches ménagères, j’invoque les alibis les plus fantaisistes que tous les maris de mauvaise volonté connaissent par cœur. Mais les femmes sont des êtres à sang froid, elles connaissent les moment idéal pour nous donner des leçons de vie. Quand ce dimanche matin, à midi, j’ai été réveillé de force pour aller acheter de la viande avant la fermeture à 13h de la superette du quartier, j’ai eu envie de crier ma révolte d’esclave

Imprimer
menage_0.jpgSouvent pour fuir les tâches ménagères, j’invoque les alibis les plus fantaisistes que tous les maris de mauvaise volonté connaissent par cœur. Mais les femmes sont des êtres à sang froid, elles connaissent le moment idéal pour nous donner des leçons de vie. Quand ce dimanche matin, à midi, j’ai été réveillé de force pour aller acheter de la viande avant la fermeture à 13h de la superette du quartier, j’ai eu envie de crier ma révolte d’esclave : faut-il être à ce point insensible pour oser interrompre le sommeil de son mari !? Et je me suis souvenu que cela faisait 3 jours que la famille était sens dessus dessous : l’aînée des filles malade, ma femme elle-même sur le carreau, à ramasser à la petite cuillère, entre son rhume, ses migraines et cet « enfoiré » de nouveau-né, Fili, qui refuse de faire ses nuits ! Péniblement je me suis traîné, sans rouspéter, et suis allé chercher les 2 kg de barbaque. « Tu peux faire à manger ? » m’a-t-on lancé au retour. J’ai allumé le four, épluché les pommes de terre, assaisonné la viande. Enfin, j’ai tenté d’assaisonner la viande, car soudain, entre le persil, l’herbe de Provence, l’ail et le sel fou, j’ai remarqué l’absence de l’oignon en poudre. Ma femme était au lit, en train de tousser comme une moribonde, le bébé pleurait, réclamait son biberon, fallait-il aller lui demander ou non s’il fallait de l’oignon en poudre pour l’assaisonnement des entrecôtes ? J’ai soudain eu pitié de moi-même, et songé qu’elle aurait pu éviter d’avoir à héberger chez elle un si mauvais cuistot. Amies, amies de ce blog, la prochaine fois, avant de nous épouser, posez-nous la question fatale : chéri, tu connais tous les condiments nécessaires pour assaisonner une viande ? Et si nous vous répondons que nous savons faire le plombier, repasser le linge et écrire des livres foireux, grattez-vous la tête et ayez pitié de nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.