« Former President Gbagbo… »

Imprimer
Ainsi l’appelle dans son anglais suave Hillary Clinton, la chef de la diplomatie américaine. Laurent Gbagbo, camarade Laurent comme je l’appelais, pendant ces années-là, où il m’arrivait de le croiser dans quelque capitale de la vieille Europe aux réunions de l’Internationale socialiste. 10 ans de séduction de la masse, et autant d’ans passés à énerver ses adversaires… 4 mois d’un entêtement que, personnellement, je n’approuvais pas. La démocratie est une école rude, elle n’a pas bon dos comme certains le croient dans cette affaire Ado-Laurent qui prend fin de manière si piteusement médiatique. « Camarade Laurent » en chemise de corps… mon Dieu, mon cœur s’est serré et j’ai du me forcer pour ne pas… La démocratie… perdre en politique est une banalité, accepter la défaite, voilà le vrai panache.

This article was written by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.